Histoire de l’Ao dai

L’histoire de l’Ao dai :
Au 18ème siècle

Les paysannes en général portait une jupe (vay) et dos-nu ( Ao yếm). Influencées par la mode de la cour impériale de la Chine, les aristocrates favorisées les vêtements moins révélateurs.

Les premières versions de l’ ao dai datent de 1744 lorsque Lord Nguyen Phuc Khoat ( alias Vo Vuong ) de la dynastie des Nguyen a décrété que les hommes et les femmes devaient porter un ensemble de pantalon et une robe boutonnés sur le devant . L’écrivain Lê Quy Djon décrit le costume comme un ao dai (longue chemise).

Au 19ème siècle

Le áo tứ thân, une robe traditionnelle de quatre panneaux, a évolué en cinq panneaux avec le áo ngũ thân au début du 19e siècle. Ngũ en sino-vietnamien signifie les « cinq ». Il se réfère non seulement au nombre de panneaux, mais aussi aux cinq éléments de la cosmologie orientale. Le áo ngũ thân a une attaque lâche et a parfois de larges manches. Les porteuses peuvent afficher leur prospérité en mettant ​​plusieurs couches de tissu, qui à cette époque étaient très coûteux. En dépit du climat très chaud du Vietnam, les aristocrates du nord étaient connus pour porter de trois à cinq couches.

Le áo ngũ thân avait deux volets cousues dans le dos, deux rabats cousus ensemble à l’avant, et un «volet bébé » caché sous le rabat avant principal. La robe semble avoir deux volets avec des fentes sur les deux côtés, les fonctionnalités conservés dans l’ao dai plus tard. Comparé à un ao dai modernes, les volets avant et arrière étaient beaucoup plus large et l’ajustement plus souple. Il avait un haut col boutonné et de la même façon comme une robe moderne ao dai. Les femmes peuvent porter la robe avec les boutons du haut défait, laissant entrevoir de leur yếm dessous.

Au 20ème siècle
En 1930, un créateur de mode vietnamienne et écrivain, Tuong Cat (ou comme les Français l’ont connu, Monsieur Le Mur), a allongé le haut de sorte qu’il atteint le sol. Tuong également équipé le corsage aux courbes du corps et propose les boutons de l’avant vers une ouverture le long de la couture de l’épaule et sur le côté. En conséquence de ces changements, l’Ao Dai est devenu un contour,une robe longue. La robe se divise en un panneau avant et l’arrière de la taille aux pieds.

Durant les années 1950 deux tailleurs à Saigon, Tran Kim de chez Thiet Lap Tailleurs et Dung des Tailleurs Dung, ont commencé à produire les robes à manches raglan. Cela a créé une couture en diagonale allant du col de l’aisselle et c’est devenu le style préféré aujourd’hui.

A la fin des années 1980, l’Ao Dai est devenu plus populaire que jamais quand une entreprise publique et les écoles ont commencé à adopter la robe comme un uniforme. En 1989, 16.000 Vietnamiens ont assisté au concours de beauté Miss Ao Dai qui s’est tenue à Ho Chi Minh Ville (anciennement Saigon).