áo dài France

L’évolution de l’Áo Dài

« L’ao dai suit à la fois les belles lignes du corps et le flatte en lui conférant une sensation de mouvement fluide qu’il n’a pas. Là, l’œil ne voit que le vent, la grâce fluide et la joie flottante. -Ecrivain, Vo Phien-

Sa construction est simple mais classique, illustrant la marque d’un design brillant. L’Ao Dai est un symbole de beauté et de féminité.

Avec des manches longues, un col mandarin haut typique et des boutons qui s’étendent du col, inclinés vers l’avant de l’épaule puis descendant sur le côté de la taille, la partie supérieure de l’Ao Dai en dit long sur la valeur de la modestie sans perdre en élégance. A la taille, la robe devient plus ample avec un rabat devant et dos qui descend jusqu’au genou et au-delà, facilité par une fente. Ao Dai peut être porté avec un pantalon ample, généralement de couleur noire ou blanche.

L’Ao Dai est un symbole de beauté et de féminité. En tant que costume national non officiel, il porte la fierté du Vietnam tout en rendant hommage à l’histoire du pays. L’origine de cette robe folklorique emblématique remonte à il y a 2000 ans et elle a depuis traversé des phases d’évolution importantes qui reflètent le climat politique et les circonstances culturelles de chaque époque.

NÉ DES TAMBOURS ET DE LA GUERRE

La création de l’Ao Dai n’est peut-être pas si définitive, mais elle a été liée à la culture Dong Son qui a prospéré pendant l’âge du bronze, avant que les Chinois Han ne s’infiltrent au Vietnam. Ao Dai, avec ses tuniques à deux rabats, a été observée dans des motifs intrigants sur des tambours antiques, ce qui pourrait indiquer son existence il y a des milliers d’années.

Un autre début d’histoire raconte l’histoire des sœurs Trung, deux héroïnes qui ont courageusement mené une révolution contre la dynastie chinoise des Han, fer de lance de l’indépendance du Vietnam.

Les sœurs Trung ont enfilé l’Ao Dai et sont montées sur le champ de bataille à dos d’éléphant, combattant sans crainte les oppresseurs. Au milieu des temps turbulents de la guerre, les détails des robes Ao Dai des sœurs Trung ont été gravés dans la mémoire du peuple. Un pardessus de la couleur du coucher de soleil pâle enveloppait l’Ao Dai qui était teinté d’ambre profond. Phoenix, symbole de noblesse, de devoir et de droiture, était brodé en écarlate flamboyant sur le col et le long des manches.

Afin de montrer leur respect et leur admiration pour cette paire de sœurs courageuses, les femmes ont commencé à porter des robes similaires à quatre rabats connues sous le nom d’Ao Tu.

ÉCHOS DES XVIIIE ET ​​XIXE SIÈCLES

Avance rapide aux XVIIIe et XIXe siècles, le Vietnam était divisé en deux régions, le nord et le sud. Les vêtements portés par les gens étaient également différents.

Nord : une distinction de classe

Au nord, les seigneurs Trinh de Hanoi ont imposé le port d’un vêtement connu sous le nom d’Ao Giao Linh à leurs sujets. Ce costume, composé d’une robe boutonnée sur le devant et d’une jupe longue, rappelait la robe portée par le peuple chinois Han.

C’est ici que l’Ao Dai que nous connaissons aujourd’hui a subi une transformation majeure, en raison de la nécessité de différencier deux classes sociales.

Les femmes de la classe supérieure des années 1800 portaient Ao Ngu Than, une robe à cinq pans composée de quatre rabats extérieurs, dont deux cousus à l’avant et deux à l’arrière. Un rabat caché supplémentaire avec des détails de col a remplacé un soutien-gorge, qui n’était pas encore inventé à l’époque. Les fentes du panneau deviendront plus tard une caractéristique déterminante de l’Ao Dai, que nous voyons encore aujourd’hui.

Les femmes de la classe ouvrière, en revanche, portaient un design plus fonctionnel connu sous le nom d’Ao Tu Than, qui était une robe à quatre pans, un dérivé de l’Ao Ngu Than. Dans cette robe, les panneaux de police n’étaient pas cousus. Au lieu de cela, ils pourraient être liés ensemble. L’Ao Tu Than, comme beaucoup d’autres vêtements de classe inférieure de cette époque, était principalement disponible dans des couleurs sombres.

Les deux robes avaient des silhouettes amples et étaient plus courtes que les Ao Dai actuelles, probablement en raison du manque d’outils de couture modernes.

Sud : tenue royale

Dans le sud, en 1744, le roi Nguyen Phuc Khoat ordonna à ses sujets de porter une longue robe de soie et un pantalon afin de distinguer les courtisans du nord et du sud. La conception de la tenue était un mélange de style chinois Han et du sud du Champa, qui a ensuite évolué pour devenir la toute première version de l’Ao Dai.

DÉBUT DU 20ÈME SIÈCLE

Au début du XXe siècle, les Ao Dai conservaient encore la silhouette ample des époques précédentes, mais le col était ouvert pour permettre aux femmes de montrer les colliers qu’elles portaient.

Années 30 – Années 50 – LE MUR AO DAI – INFLUENCE DE L’OUEST

Dans la période de 1930 aux années 1950, la colonisation française a apporté des vagues d’influence occidentale au Vietnam, qui se sont finalement déroulées dans l’arène de la mode. L’artiste hanoïen Cat Tuong (Lemur) a infusé l’inspiration qu’il a acquise de l’ouest et a varié de manière créative l’Ao Dai avec différentes silhouettes.

L’Ao Dai a été resserré pour s’adapter et se mouler autour du corps des femmes. Les épaules ont été relevées et des détails occidentaux comme des manches bouffantes, un col en forme de cœur et des nœuds ont été incorporés. La robe a également été allongée pour se draper vers le sol. S’éloignant des tons unis et sombres, les tissus sélectionnés étaient vibrants et lumineux.

Les femmes portaient des motifs plus flatteurs dans l’Ao Dai, ce qui les faisait paraître sensuelles et esthétiquement attrayantes. Alors que l’Ao Dai a gagné en popularité, il a également été critiqué pour être trop sexy et inapproprié pour la culture locale.

AO DAI LE PHO – RETOUR A LA TRADITION

La progression de l’Ao Dai a ensuite fait un pas en arrière vers la tradition. Le peintre Le Pho a ajusté l’Ao Dai Lemur dans un look plus conservateur. Les manches bouffantes ont été remplacées par des détails des modestes Ao Ngu Than et Ao Tu Than. Les rabats ont été conservés, le corsage a été ajusté et les cols ont été fermés autour du cou – un aspect résultant qui était acceptable pour cette période.

Le Pho est un peintre qui étudie à l’École des Beaux, sous la direction de Victor Tardie, ami et compagnon d’Henri Matisse. Tout au long des années 1940, Le Pho a utilisé des pinceaux fins et peint sur soie. Le style et la technique de Le Pho durant cette période montrent l’influence de l’art chinois.

Le a eu trois périodes artistiques principales, ce qui montre sa diversité en tant qu’artiste. Les sujets qu’il a souvent représentés dans ses œuvres étaient des paysages du Vietnam, des natures mortes avec des fleurs, des décors familiaux et des portraits. Les femmes étaient souvent représentées comme des figures allongées, avec des traits surréalistes, quelque peu éthérés, qui sont des thèmes récurrents dans son travail.

Des amis racontent que « bien qu’il ait vécu en France, son âme est toujours restée au Vietnam ».

LA CONTROVERSE DE LA ROBE COL V

À la fin des années 1950, le paysage politique était à nouveau en train de changer. Alors qu’une force occidentale partait, une autre arriva. Les États-Unis avec leurs idéaux de capitalisme et de modernisation faisaient sensation sur tous les fronts.

En 1958, l’Ao Dai atterrit dans l’œil d’une tempête. Tran Le Xuan, l’épouse du conseiller en chef du président, a fait une apparition controversée dans la mode en portant une robe Ao Dai à col en V avec des manches courtes et des gants. Alors qu’elle a été félicitée par certains pour son look élégant, beaucoup ont été offensés. Le gouvernement a dû interdire la robe car elle apparaissait comme un acte d’acceptation de tout ce que les États-Unis représentaient.

Années 60 : LE NOUVEAU DESIGN DE DUNG DAKAO

Dans les années 1960, la popularité de l’Ao Dai atteint son apogée, notamment dans le sud. Dung Dakao, un designer basé à Saigon a modifié le costume traditionnel, en ajoutant des manches raglan et en reliant le panneau avant de l’Ao Dai à l’arrière, avec l’utilisation ingénieuse de boutons allant du col à l’aisselle et jusqu’au hanche. Cela a créé une robe confortable qui était bien ajustée sur le corps de la femme tout en montrant moins de rides; une ode à la liberté de mouvement.

ANNÉES 70 – ANNÉES 80 : VERSION MINI MODERNISÉE

« Vivre vite, mourir jeune » était la devise de l’époque, où le pays a connu une période de réforme Doi Moi tout en étant témoin de l’essor de la culture hippie. Ao Dai a été modernisé, se transformant cette fois en une version mini, comme pour se rebeller contre une nouvelle vague de changement. Des matériaux plus légers ont été utilisés tout en mettant en valeur des couleurs vives, des formes géométriques à la mode et des imprimés botaniques. Le col était plus bas et le corsage était plus étroit qu’avant. Il a également été raccourci jusqu’au genou et associé à un large pantalon à pattes d’éléphant. Cette tendance s’est poursuivie jusque dans les années 1990.

AO DAI AU 21E SIÈCLE

L’Ao Dai n’est pas porté quotidiennement de nos jours, mais il a cimenté son statut de symbole national de grâce, de beauté, de fierté culturelle et de créativité. Des artistes contemporains comme Si Hoang illustrent des peintures vietnamiennes sur les robes Ao Dai tandis que le créateur de mode Minh Hanh travaille avec des tissus tissés à la main des tribus des collines pour mettre en valeur l’héritage du Vietnam. La silhouette d’un Ao Dai traditionnel a récemment été modifiée par la designer primée Thuy Nguyen, acclamée pour son utilisation exclusive du brocart de soie vietnamien.

L’évolution de l’Ao Dai ne s’arrêtera pas là. Il a traversé le temps, survécu et prospéré à travers la guerre et la paix, inspirant continuellement chaque génération de designers. Il ne fait aucun doute que l’Ao Dai est un élément si précieux et intemporel de la culture vietnamienne – maintenant et pour toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *